+

Junichiro Tada,
directeur de l’association Radiation Safety Forum, ville de Fukushima

 
Je ne pense pas que les doses incorporées par la population de la préfecture soient susceptibles d’avoir un impact sur la santé. Je pense plutôt qu’un excès d’inquiétude à l’égard de la radioactivité pourrait en avoir un. Nous voyons par exemple des personnes déprimées parce qu’elles ne peuvent pas rentrer chez elles, ou des enfants qui présentent des troubles psychologiques dus à une discipline excessivement rigoureuse imposée par des mères inquiètes des effets de la radioactivité sur la santé.”

(Interview accordée le 11 septembre 2014 au journal Fukushima Minyu)